Archives de catégorie : La vie en Inde en images

Les voyages des parrains en Inde

Lorsque des membres de l’ASEV se rendent à Vriddhachalam pour rencontrer leurs filleuls, ils en profitent souvent pour visiter le Tamil Nadu et ses nombreux sites touristiques.

 

 

Les rencontres qu’ils font leur permettent de mieux s’imprégner de l’ambiance dans laquelle vivent leurs filleuls . Quelques unes se sont faites au hasard de la route.

 

 

C’est l’occasion parfois de découvrir des coutumes, rites ou arts ancestraux et de visiter des sanctuaires hindou ou jaïn.

 

 

 

Les écoles de nos filleuls

Les filleuls de l’ASEV sont répartis sur plusieurs écoles, soit dans leurs villages pour le primaire, soit dans des établissements scolaires ou universitaires à Vridhachalam, Pondichéry, Cuddalore …,tout en habitant chez eux.

Ils résident en internat sur un rayon de 100 kms autour de Vridhachalam quand ils habitent trop loin de ces établissements.

Dans les écoles gouvernementales l’enseignement se fait en tamoul et dans les « matriculation schools »il se fait en anglais. Ces dernières offrent une plus grande chance de réussite dans la vie aux enfants qui les fréquentent. En effet, ils peuvent plus facilement obtenir un poste où l’anglais sera nécessaire si ce n’est obligatoire ou même quitter le Tamil Nadu  et s’installer dans un état qui ne parle pas tamoul mais sûrement anglais.

 

 

Quand l’enfant n’est pas capable de suivre une scolarité en anglais, tout est fait pour qu’il poursuive néanmoins sa scolarité en tamoul dans les meilleures conditions.

Les conditions sont parfois rustiques dans les écoles gouvernementales que l’ASEV a souvent aidées du temps du Père Olivier (construction de bâtiments, réfection des toits de chaume…)

 

Mais quelles que soient les conditions dans lesquelles les élèves travaillent, on ne peut qu’admirer la discipline qui règne dans leur école!

 

Pondichéry

Pondichéry , ancien comptoir français situé sur la côte de Coromandel, s’appelle désormais Puducherry , après s’être appelé Pondicherry sous l’influence anglaise. C’est là que se trouve le Provincialat des Soeurs de Cluny qui ont accepté de prolonger l’oeuvre du Père Olivier. Les rues témoignent encore de la présence française et le lycée français est toujours en activité.

 

“En ces années de célébrations diverses liées à la guerre 14-18, rappelons que l’armée  britannique a fait venir beaucoup d’Indiens pour combattre en Europe dès le 6 août 1914.

100.000 soldats indiens seront engagés tout au long de cette guerre et 10.000 d’entre eux laisseront leur vie sur la terre de France. A ces soldats, il faut ajouter 50.000 travailleurs qui vont réaliser des performances remarquables pour la logistique dans les différents camps de base et sur la ligne de front.

Le Corps indien comprenait également des troupes mises à la disposition des Britanniques par certains Etats princiers (l’Inde comprenait alors près de 600 Etats monarchiques).

La grande majorité des soldats sont originaires du Nord de l’Inde et surtout du Pendjab (Sikhs, Oathans et Gurkhas en particulier).

La France marquera sa reconnaissance, et rendra hommage aux 10.000 soldats et travailleurs indiens tués, par l’inauguration le 7 octobre 1927 du Mémorial de Neuve-Chapelle (Pas de Calais) par le Maréchal Foch. Le Premier Ministre indien, Narendra Modi, y a fait une visite éclair  le 10 avril 2015 ».

Et si vous vous promenez dans Pondichéry, vous pourrez vous recueillir devant le monument consacré aux Morts pour la France pendant la guerre 14-18.

– le  livre “Les comptoirs de l’Inde” est un recueil de photos avec annotations par Douglas GRESSIEUX aux Editions Alan SUTTON.
– le livre  “Les troupes indiennes en France  1914-1918” est du même auteur, aux mêmes éditions.
Pour plus d’infos, voir le site de l’association “Comptoirs de l’Inde”.